Archives des Verts Paris Archives des Verts Paris
Archives des Verts Paris
de 2002 à 2010

AG du 5 mars 2011

Motion : Les femmes pauvres à Paris, une lutte prioritaire

motion ponctuelle

dimanche 6 mars 2011

Une réalité scandaleuse et persistante
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Selon les derniers chiffres de la MIPES (Mission et information sur la pauvreté et l’exclusion sociale en Ile-de-France)13% des Francilien/nes vivent actuellement sous le seuil de bas revenus (2009).

Dans un cas sur deux, ces bas revenus sont ceux de familles monoparentales : concernant, dans la quasi totalité, une population féminine. Cette situation prend des proportions particulièrement alarmantes dans les quartiers populaires (ZUs/CUCS/ Politique de la ville) où le taux de chômage des femmes est plus du double que la moyenne, où en moyenne plus de 40% des ménages sont des ménages dits monoparentaux c’est-à-dire des femmes seules avec enfants.

Plus généralement en France, si le taux de femmes « pauvres » est plus élevé que celui des hommes : 7,4% contre 6,9 % , celui des femmes âgées de plus de 75 ans est deux fois plus élevé que celui des hommes (INSEE 2007).

Enfin comme l’écrit la sociologue Margaret Maruani « Les femmes ont payé cher la crise de l’emploi : elles sont plus souvent au chômage, plus nombreuses en statut précaire et davantage parmi les travailleurs pauvres. Parmi les 3,2 millions de salariés qui gagnent moins que le Smic, 80 % sont des femmes. Nos sociétés tolèrent cette formidable inégalité. »

De même, la plupart des travailleurs pauvres sont des travailleuses pauvres, les emplois précaires majoritairement féminins et le travail à temps partiel à la fois trop souvent non choisi et là encore réservé en grande partie aux femmes. Les femmes gagnent 27 % de moins que les hommes. L’écart est de 19 % pour des temps complets et 10 % à poste et expérience équivalents. Tout cela sans parler du plafond de verre qui empêche les femmes d’accéder aux pouvoirs économiques et politiques les plus hauts…

Un combat majeur

A Paris, ces disparités se font, comme pour les autres sujets, plus fortes, plus évidentes, donc plus scandaleuses encore. Il ne suffit pas de les dénoncer, les solutions à cette situation dégradante pour toute notre société doivent être systématiquement remises à l’ordre du jour politique. Remédier à cette inégalité devant la précarité doit être en effet un combat majeur et persistant pour les écologistes que nous sommes. Un combat ici et maintenant qui se pose comme une priorité dans toutes nos politiques menées, à la fois localement, nationalement et dans l’union européenne.

Des propositions concrètes

La lutte contre la précarité des femmes quartiers populaires ne peut se concevoir que comme une approche globale. Les politiques volontaristes pour l’emploi se heurteront toujours à la réalité des conditions de vie des femmes seules. Toute action de retour massif des femmes des quartier à l’emploi passe par une politique ambitieuse en matière de garde d’enfants et d’accompagnement scolaire (crèches municipales, collectives, horaires décalés, voire crèches de nuit etc.).

Pour cela,

  • Nous proposons qu’à Paris ait lieu chaque année une convention permettant de faire un état des lieux comparatif avec l’année précédente, à la fois de la réalité concrète de la précarité des femmes à Paris, à la fois de l’action de nos élu/es de Paris en la matière qu’ils/elles soient parlementaires, élu/es municipaux/ales, départementaux/ales… intercommunaux/ales. Cette convention doit pouvoir être organisée à l’Assemblée nationale, au Sénat ou dans tout autre lieu mis à disposition par nos élu-es.
  • Nous proposons que, dans cette convention, les femmes concernées par cette précarité soient entendues et leurs conclusions reprises vial’édition d’un "Livre blanc".
  • Nous proposons que les conclusions portent sur les manières concrètes d’aller plus loin et de publier nos engagements pour pouvoir nous y référer en toute transparence l’année suivante.
  • Nous proposons au final que ces débats s’inscrivent dans un observatoire de l’égalité qui puisse faire l’objet de la parution d’un livre blanc avec le concours de fondations politiques dont celle de l’écologie politique, en cours de constitution.
  • Nous proposons de pousser à mettre en place une aide au logement spécifique aux familles monoparentales via l’écriture et le dépôt d’une proposition de loi à l’Assemblée nationale.
  • Nous proposons que toutes les femmes aient accès au droit commun, en particulier lié au travail (retraite, formation, maladie …), même lorsqu’elles ont été « employées » à des rôles non reconnus par le droit du travail – donc sans cotisation attenante – mais si souvent assignés de facto aux femmes : travail domestique, éducation des enfants, prostitution…
  • Nous proposons de multiplier le nombre des accueils et accompagnements spécifiques auprès des femmes en état de précarité (qui vont très peu aux points d’accueil mixte).
  • Nous proposons de nous battre pour que le droit du travail soit appliqué, le nombre d’inspecteurs du travail multipliés, et l’égalité salariale une réalité.
Mots-clés : ,
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV Paris - 6 rue Chaudron - 75010 Paris - 01 53 19 53 49