Archives des Verts Paris Archives des Verts Paris
Archives des Verts Paris
de 2002 à 2010

Intervention au Conseil de Paris

Les Verts s’opposent au projet de la tour triangle

mercredi 16 décembre 2009, Par René Dutrey

En matière d’urbanisme et d’architecture, les tours, c’est le contraire de l’écologie. Ce constat, nous sommes d’ailleurs loin d’être les seuls à le faire. De l’architecte Hélène Jourda à l’urbaniste Thierry Paquot, en passant l’énergiticien Olivien Sidler, c’est l’ensemble des spécialistes de l’architecture écologique qui le partagent.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

C’est le constat des associations qui vous ont récemment interpellé dans un communiqué de presse, je les cite : « A. Hidalgo et les élus socialistes remisent le Plan Climat de Paris au placard et décident de construire un monstre dévoreur d’énergie, en contradiction totale avec les objectifs fondamentaux de l’éco-quartier ». Il s’agit là d’associations qui ont fait la preuve de leur capacité d’expertise et de leur sérieux : WWF, Amis de la Terre, réseau sortir du nucléaire, amis de l’écozac des Batignolles, réseau Action Climat , et même oui, et même Greenpeace ! J’ai appris hier que non seulement Europe Ecologie, mais aussi le Parti socialiste accueillait des militants de Greenpeace sur ses listes parisiennes aux régionales. C’est dire s’il s’agit là d’une association sérieuse !

Cette capacité d’expertise des associations et des citoyens, nous devons nous en nourrir. Cela suppose d’associer les citoyens à la conception même du projet, en amont. Vous avez montré le peu de cas que vous faisiez de cette expertise, en présentant à la presse un projet arrêté avant même la première réunion publique avec les Parisiens. En matière d’urbanisme, l’innovation, ce n’est pas la hauteur, c’est la démocratie. L’expérience réussie des ateliers locaux d’urbanisme, à Paris comme ailleurs en Europe, a montré que lorsqu’une collectivité s’en donne les moyens, ces outils sont extrêmement productifs. Ils permettent une phase délibérative infiniment plus riche que l’enquête publique. L’expérience montre également qu’ils favorisent l’émergence de choix urbains et de solutions innovantes. Oui, Mme Hidalgo, les Parisiens ne sont pas des ignares frileux qui refusent toute évolution de leur ville. Il n’est pas nécessaire de les ignorer pour faire preuve d’audace en matière d’architecture. Bien au contraire, nous comptons sur eux pour élaborer une politique urbaine plus inventive et plus efficace.

Peut-être, Mme Hidalgo, les Parisiens sauront-ils vous en convaincre : prétendre lutter contre l’étalement urbain en bétonnant Paris intra-muros revêt quelque chose de dérisoire, à l’heure du débat sur le grand Paris, et à la veille d’échéances électorales sans doute décisives pour l’avenir de notre agglomération. Plutôt que de construire plus haut, il est temps de voir plus loin.

Paris concentre sur son micro-territoire une part excessive des richesses de notre métropole. Notre plan local d’urbanisme fait déjà la part belle aux bureaux, et, bien sûr aux recettes fiscales qui en découlent. C’est grâce à la présence de ces bureaux que Paris a pu maintenir une fiscalité infiniment plus basse que dans la plupart des communes limitrophes. A son tour, cette fiscalité avantageuse permet d’attirer de nouvelles entreprises. Pour les finances de la Ville, incontestablement, c’est là un cercle vertueux.

Mais pas pour les Franciliens. Dans le même temps, en effet, cette politique du tout-bureaux a favorisé l’envolée des prix de l’immobilier. Se loger à Paris devient inabordable pour une frange de plus en plus importante des classes moyennes et populaires, et ces dernières sont peu à peu reléguées à la banlieue. A leur tour, les communes périphériques qui accueillent ces populations sont privées des ressources financières pour développer sur leur territoire des infrastructures et des équipements.

C’est ainsi que malgré un chômage persistant, Paris compte moitié plus d’emplois que d’habitants actifs. Bureaux concentrés à la Défense, logements en banlieue : tous les passagers du RER A connaissent l’impact désastreux de ces déséquilibres.

C’est toujours au nom de la croissance et de l’emploi que ces déséquilibres ont été crées. Vous vantez la création de 5 000 emplois grâce au projet de tour. M. Caffet doit être impressionné, lui qui émettait des doutes sur l’efficacité de nos propositions budgétaires en terme de création d’emplois. Rendez-vous compte : une tour, 5 000 emplois créés – il nous suffirait donc, à en croire Mme Hidalgo, de construire une vingtaine de tours pour résorber le chômage parisien !

Il n’en est rien, évidemment. 5 000 emplois seront peut-être hébergés dans la tour, ils ne seront en aucun cas créés. Plus que de création, il s’agit bien de captation de richesses, au détriment des communes voisines. Nous proposons, pour notre part, de consacrer les terrains concernés à des activités réellement nouvelles et innovantes. Favoriser l’activité, oui, mais au service d’un emploi diversifié, au service de la conversion de notre économie à l’écologie, au service de l’adaptation de notre territoire à la crise environnementale.

Pour restaurer la mixité sociale et fonctionnelle de Paris intra muros, il faut réserver les derniers terrains aménageables en priorité à la réalisation de logements sociaux. Mettre tout en œuvre pour offrir à un plus grand nombre de Franciliens la possibilité de vivre sur notre territoire dans un cadre satisfaisant : c’est ainsi que Paris apportera sa pierre à l’édification d’une agglomération durable et solidaire.

C’est pourquoi nous vous proposons d’abandonner le projet Triangle, de nous tourner vers nos concitoyens, de nous appuyer sur leur créativité, leur expertise, pour faire émerger un projet d’aménagement de la Porte de Versailles écologique et en phase avec les aspirations des Franciliens. C’est le sens de la série d’amendements que nous avons déposée. Dans le cas où vous les rejetteriez, nous continuerons de nous opposer au projet Triangle, comme à l’ensemble de vos projets de tours.


http://rene-dutrey.blogspot.com/

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV Paris - 6 rue Chaudron - 75010 Paris - 01 53 19 53 49