Archives des Verts Paris Archives des Verts Paris
Archives des Verts Paris
de 2002 à 2010

La vidéo-surveillance à Paris : un système dangereux pour les libertés, inefficace et coûteux

samedi 14 novembre 2009

La Préfecture de police a décidé d’installer 1226 caméras de surveillance à Paris, soutenue par le Maire. Le coût est de 85 millions d’euros. Les Verts se mobilisent contre ce projet depuis 6 mois et revendiquent une meilleure politique de prévention associant les acteurs sociaux.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La vidéosurveillance ne fait que déplacer la délinquance, elle ne l’empêche pas

Les expériences et les études menées pointent les limites de la vidéosurveillance et son manque d’efficacité. Un rapport du ministère de l’Intérieur montre qu’il n’y a pas de baisse des chiffres de la délinquance par la vidéosurveillance : l’impact des caméras est faible, jamais durable et vite contourné (enquête du Parisien, 4 septembre 2006).

De même, un rapport de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France d’octobre 2008 a montré qu’en France « aucune étude d’impact méthodologiquement recevable sur la base de laquelle il pourrait être réellement débattu de l’efficacité ou non des systèmes de vidéosurveillance dans les espaces publics (rues, places, parcs) n’a été réalisée ». Par ailleurs, dans ce même rapport, les retours d’expériences menées à l’étranger montrent que «  l’efficacité dissuasive de la vidéosurveillance est peu évidente et, en tous les cas, très difficilement démontrable ».

La vidéosurveillance ne s’attaquent pas aux causes réelles de la délinquance

La délinquance ne dépend pas de la surveillance, elle a en réalité des causes profondes qui tiennent aux conditions sociales et à la qualité de vie, dont bénéficie ou non la population, et non à un projet de surveillance qui distille la peur.

La vidéosurveillance porte atteinte aux libertés individuelles

L’enregistrement d’une image d’une personne sans son consentement est une atteinte à sa vie privée, protégée par la Déclaration européenne des Droits de l’Homme et par l’article 9 du code Civil. La vidéosurveillance permet à tout moment de suivre les allées et venues de chacun et peut être utilisée à des fins illégitimes. Grâce à elles, certaines entreprises surveillent les délégués syndicaux et le personnel, certains régimes autoritaires traquent leurs opposants politiques.

Les dérives anglaises : les citoyens contrôlent les écrans, dénoncent leurs concitoyens et gagnent de l’argent

Un grand jeu concours pourrait être organisé dans la ville de Stratford upon Avon. Les citoyens ont accès en temps réel aux images des caméras installées sur la voie publique. L’objectif : repérer les faits de délinquance et les indiquer à la police. En retour, ils peuvent gagner jusqu’à 1 100 euros. Un encouragement à la délation pour palier à l’insuffisance d’effectifs policiers.

Les Verts se mobilisent avec d’autres partis et associations

Dans le 15e, Les Verts participent au collectif local « Démocratie et Libertés » regroupant la LDH, ATTAC, RESF, le PCF et le PG : information aux parisiens, demande d’un véritable débat public avec la population et les élus. A l’hôtel de ville, le groupe des élus Verts ont déposé de nombreux amendements exigeant le retrait du projet.

Voir en ligne : Le site du collectif "Paris sans Vidéo-surveillance"

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV Paris - 6 rue Chaudron - 75010 Paris - 01 53 19 53 49