Archives des Verts Paris Archives des Verts Paris
Archives des Verts Paris
de 2002 à 2010

SOCIAL - ENVIRONNEMENT

Les abords du Collège des Bernardins

dimanche 9 décembre 2007

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Le collège des Bernardins de la rue de Poissy est un beau monument d’architecture médiévale. En 1245, alors que l’Université de Paris connaissait un rayonnement universel, le Pape Innocent IV encouragea la fondation à Paris d’un Collège cistercien, au service de la formation des jeunes moines : ainsi allait naître le Collège Saint-Bernard, bientôt connu sous le nom des « Bernardins ».

Les travaux récemment entrepris sous la direction de l’architecte Wilmotte ont pour objectif de restituer le bâtiment dans sa forme historique originelle, avec une redistribution des espaces intérieurs afin d’en faire un lieu accueillant l’école cathédrale. La Commission supérieure des monuments historiques a ainsi décidé que le bâtiment serait surélevé de deux mètres afin de retrouver sa hauteur originelle, et une maison située aux abords du Collège a été démolie afin d’offrir une perspective à la hauteur de la qualité de ce monument. La participation de la ville de Paris à la restauration de l’ensemble (qui est propriété de l’Evéché) était conditionnée par une ouverture partielle au public. L’ensemble devrait commencer à être animé cet automne et être inauguré début 2008.

Le Conseil d’école Pontoise a demandé à ce que le jardin soit ouvert au public à la fois à partir de la rue de Poissy et du préau de l’école élémentaire de la rue de Pontoise, afin d’éviter aux enfants d’emprunter les trottoirs étroits de la rue de Poissy. Il n’en reste pas moins que ces trottoirs ne sont pas adaptés au déplacement de nombreux enfants en bas-âge et aux fréquents passages de poussettes. Aussi les services de Denis Baupin (Adjoint vert de Paris en charge de la direction de la voirie et des déplacements - DVD) ont-ils proposé au Conseil de quartier du 28 mars 2007 de limiter la circulation à 15 km/h (au lieu des 20 km/h actuels), d’aménager un plateau et d’élargir les trottoirs afin que deux poussettes puissent se croiser, tout en recalibrant la voie à 3,50 m (respect des normes pompiers).

Sur ce dossier, Jean Tibéri semble surtout privilégier la recherche d’occasions de polémiques. Il a ainsi demandé subitement à faire remodifier le sens de circulation de la rue de Poissy, tout en affirmant ne connaître que les limitations à 30km/h. Il a également démontré sa méconnaissance du dossier en s’étonnant que les luminaires ne soient pas prévus, alors qu’ils seront intégralement refaits avec la pose de deux consoles sur le mur de l’école maternelle en remplacement de candélabres gênant le cheminement piéton. Même chose pour les places de livraison destinées au supermarché, dont la suppression n’a jamais été envisagée. Plus grave, le voici qui demande des arrêts minutes devant l’école, alors que le besoin n’existe pas : les déplacements habitat-écoles sont par excellence des déplacements doux de proximité pour lesquels des trottoirs larges sont la meilleure garantie de sécurité. Décidemment, le maire sortant ne semble pas avoir d’autre motivation que d’encourager les transports individuels motorisés, quels que soient leur coût pour l’environnement et la collectivité.

L’espace public autour du Collège doit-il être un lieu d’accueil vivant et ouvert sur le quartier, ou un lieu clôturé, fermé sur lui-même ? Les habitants ont clairement tranché en faveur de la première solution, comme l’ont fait les Architectes des Bâtiments de France, opposés à la pose de grilles, et les services d’Yves Contassot (Adjoint vert de Paris en charge des espaces verts et de l’environnement - DEVE) qui souhaitent renforcer la végétalisation du site, déjà doté d’un superbe platane de 150 ans. Tout cela n’empêche pas le maire sortant de ne raisonner qu’en termes de fantasmes sécuritaires : « s’il n’y a pas de grille, la surface libérée ne risque-t-elle pas d’être utilisée par n’importe qui ? * ». La peur, toujours la peur, plutôt que la valorisation du vivre-ensemble et de la convivialité de la ville. Brisez donc là, Monsieur Tibéri : comme dit le proverbe, « A la Saint-Bernard, pour moissonner, il est bien tard. »

* CQ St Victor du 28.03.07

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV Paris - 6 rue Chaudron - 75010 Paris - 01 53 19 53 49