Archives des Verts Paris Archives des Verts Paris
Archives des Verts Paris
de 2002 à 2010

LOGEMENT

Avec les Verts, agir pour une Ile-de-France écologique et durable !

mercredi 21 novembre 2007

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Connaissez-vous le Schéma Directeur de la Région Ile-de-France (SDRIF) ?

Sous ce nom quelque peu barbare se cache un document fondamental pour l’avenir de l’Ile-de-France, puisqu’il définit les grands axes du développement et de l’aménagement de notre région. Logements, services, déplacements, activités, loisirs, qualité de l’air, espaces naturels : tout ce qui fait l’aménagement d’un territoire, et finalement la vie quotidienne de ses habitants, est pris en compte pour définir l’avenir de la région d’ici 2030.

L’ambition du SDRIF est de favoriser l’égalité sociale et territoriale, d’anticiper les mutations climatiques et énergétiques, et de rééquilibrer le dynamisme et l’attractivité de la région. Car si l’Ile-de-France est riche, elle subit comme les autres régions de France et d’Europe le jeu de la concurrence, jusqu’en son propre sein : ainsi les écarts de ressources et de développement continuent à se creuser entre le sud-ouest et le nord-est, entre le cœur de la métropole et des pans entiers de la banlieue. Le SDRIF fixe donc plusieurs objectifs, dans une démarche globale de développement durable. Trois d’entre eux se distinguent :

  • Le logement : sur les 23% de logements sociaux existants, 51% sont concentrés dans seulement 8,5% des communes ! Alors que le taux de pauvreté augmente en IdF (+22% en 10 ans !), il s’agit à la fois d’atteindre 30% de logements sociaux , donc de passer de 35000 créations par an à 60000 (soit plus d’un million d’ici 2030), mais aussi de veiller à un rééquilibrage des implantations.
  • Les transports : Dans l’agglomération, 45% des populations et 34% des emplois ne sont pas desservis par des stations du réseau ferré. Or une ville plus accessible, moins coûteuse et plus compacte nécessite des transports publics efficaces et une circulation automobile maîtrisée. Pour y parvenir, plus de 70 projets de transports en commun sont recensés : des rocades facilitant les déplacements de banlieue à banlieue, des prolongations de lignes de métro et de RER, des lignes de bus en site propre....
  • L’environnement : Le territoire compte 52% d’espaces agricoles et 23% d’espaces forestiers (chiffres 2003). Or plus des deux tiers de nouveaux logements devront sortir de terre dans l’agglomération parisienne. Préserver les espaces céréaliers, les forêts ainsi que la biodiversité font partie des critères qui ont permis d’établir une carte cernant les zones constructibles et limitant l’étalement urbain.

Cela a l’air très intéressant... et qu’en dit le gouvernement ?

Eh bien le gouvernement, par la voix du préfet de région, a déjà fait savoir que le SDRIF ne lui plaisait pas du tout ! Il faut dire que la région s’oppose fermement à la construction de pas moins de 450 000 m2 de bureaux supplémentaires à la Défense, projet sur le quel s’arque-boute Nicolas Sarkozy. Il démontre là qu’il n’a que faire du rééquilibrage de la région : la concentration des richesses dans son fief lui importe beaucoup plus ! De même, l’état refuse obstinément de contribuer aux projets de transports en commun, dont le besoin est unanimement reconnu. Le plateau de Saclay et ses terres agricoles devraient devenir une ville nouvelle, les « maisons Borloo » à 100 000€ grignoteront les parties les plus reculées de la région, loin des transports en commun, etc... Entre les discours du Grenelle de l’environnement et la réalité des actes, le gouffre demeure.

Un projet empreint d’écologie grâce aux élus Verts

Le 15 février 2007, après deux ans et demi de concertations, le Conseil régional a approuvé le projet du SDRIF présenté par la Vice-Présidente (Verte) Mireille Ferri. Le projet de SDRIF va maintenant être soumis à une enquête publique, avant de revenir vers les élus régionaux, puis finalement présenté à l’Etat.

En séance, les propositions des élus régionaux Verts ont suscité de nombreuses critiques ; mais aujourd’hui les experts nous donnent raison. Les Verts se sont notamment mobilisés pour obtenir que la Région s’oppose clairement à l’A16, à l’A12 et à la Francilienne et donne priorité au développement des transports en commun entre les villes de banlieue. De la même manière, la région exprime dans le SDRIF son opposition au projet élitiste du CDG Express (liaison directe entre gare de l’est et Roissy, qui bloquera de fait la rénovation du RER B). Grâce à notre amendement, l’A10 aura une voie réservée aux transports en commun. Nous avons défendu une agriculture respectueuse de l’environnement et tournée vers l’alimentation. Les précieuses terres agricoles de Saclay seront ainsi protégées sur 2300 ha. Au final le projet actuel du SDRIF constitue une avancée sans précédent pour faire de l’Ile-de-France l’éco-région que nous appelons de nos voeux.

Penser global, agir local !

Comment cette logique régionale de développement durable et solidaire se répercute-t-elle dans le 5e arrondissement ? La priorité est d’obtenir davantage de logements sociaux, ce qui est d’ailleurs en cohérence avec les orientations prises par la ville de Paris dans le Programme d’aménagement et de développement durable de la Ville de Paris. En effet, le 5° ne compte que 2008 logements dans le parc SRU sur les 31048 résidences principales, soit 6,46% de logements sociaux, très loin donc des 20% exigés par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain. De plus, les rares logements sociaux construits ont été réalisés sur des financements type « PLS-PLI », accessibles aux couches les plus aisées des demandeurs de logements (plafond PLS de 4000 euros/mois, et plafond PLI tellement haut qu’il est considéré comme étant hors logement social).

Nous ne pouvons donc que désapprouver totalement Jean Tibéri, qui lors du Conseil de quartier Val de Grâce du 20 novembre 2006 demandait l’annulation d’un droit de préemption renforcé sur une parcelle au motif que cela permettait de faire du logement « strictement social » (sic), et la création de seuls logements PLI sur une autre. Le maire sortant persiste et signe dans sa stratégie consistant à éliminer toute mixité sociale du 5e arrondissement. Cette logique n’est pas la notre. Nous nous battons et nous battrons pour la création de logements sociaux de qualité (notamment sur le plan environnemental) qui soient accessibles au plus grand nombre, en priorité pour les personnes aux revenus les plus modestes, mais aussi pour les couches réellement moyennes (revenu médian dans le 5° : 2200€ par mois) qui se trouvent reléguées aux franges de l’Ile-de-France bien malgré elles.

Avec les Verts, soutenons le projet du SDRIF !

La consultation publique sur le projet du SDRIF est ouverte. En donnant votre avis, vous contribuerez à faire pencher la balance en faveur d’une Ile-de-France ambitieuse, solidaire, respectueuse des générations futures.

Des permanences se tiendront pendant 2 mois à travers toute la région dans des mairies. Dans le 5°, 2 dates sont prévues : samedi 20 octobre, de 9h à 12h, et mercredi 5 décembre, de 14h à 17h.

Tous les documents du SDRIF, ainsi que l’ensemble des lieux de consultation, les avis, etc sont sur http://www.sdrif.com

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
EELV Paris - 6 rue Chaudron - 75010 Paris - 01 53 19 53 49